vendredi 25 mai 2018

Doit-on se soumettre aux musulmans ou aux juifs ?


Alain Soral a toujours dit que les musulmans sauveraient la France. Selon lui l'islam est porteur de valeurs utiles au redressement moral de la France. Ce vieil homosexuel d'extrême gauche, voit dans la jeunesse des banlieues une virilité qui lui donne envie de se soumettre.

Alain Soral admire la force colonisatrice des musulmans, il ne respecte que la force. Quand Alain Soral parle d'égalité (dans son esprit) c'est l'élévation du Français au niveau de l'arabe ! Quand il parle de réconciliation, il implore la pitié du colonisateur musulman, qu'il perçoit comme un conquérant victorieux ! 

Guillaume Faye fonctionne exactement sur le même schéma, sauf que pour lui le vainqueur c'est le juif ! Guillaume Faye se soumet aux juifs avec la même indécence qu'Alain Soral aux musulmans. Pour plaire aux juifs, Guillaume Faye n'a d'autres choix que de mentir : il connait parfaitement le rôle des juifs dans les années 80/90 lors de la montée du Front national - lorsqu'une solution démocratique était encore possible. Et pourtant il continue à prendre position pour eux !

Quand Guillaume Faye a publié son livre "La colonisation de l'Europe" en l'an 2000 (un excellent livre par ailleurs, même si la question juive n'est pas abordée), il a été traîné devant les tribunaux par la (((LICRA))). Guillaume Faye a été condamné à de lourdes amendes, il a été litéralement ruiné par les juifs ! A partir de cette date, il se soumet de plus en plus aux juifs, en 2007 c'est la sortie de son livre "La question juive" où il innocente les Juifs de tous leurs crimes : le marxisme, l'immigrationnisme, l'antiracisme, le cosmopolitisme, le mondialisme ... 

Puis enfin avec son livre "Comprendre l'islam", il finit par nous expliquer que les juifs sont nos meilleurs alliés, en clair que tout bon goy doit être prêt à mourir pour la sécurité d'Israël !

Ces deux personnages incarnent mieux que quiconque la soumission. L'un croit que la force est du côté des musulmans, l'autre croit que la force est du côté des juifs et d'Israël.

Nous n'avons pas à choisir entre la peste et le choléra; entre la France juive multiraciale et la France musulmane multiraciale (la seconde n'étant que la conséquence de la première). Nous devons rejeter ces deux soumissions, et suivre la seule voie possible : celle de la défense inconditionnelle de la Race Blanche. Il n'y a plus aucun compromis à faire, la voie démocratique ayant totalement échoué en grande partie à cause des juifs (*).

 RAHOWA!

 (*) Jean-Marie le Pen a été diabolisé durant 30 ans pour s'être publiquement opposé à l'immigration. 30 années de diabolisation juive qui ont culminé lors de la farce démocratique de l'entre-deux tours de 2002. Et il faudrait maintenant nous allier aux juifs, défendre Israël, alors que les portes du pouvoir sont verrouillées et que l'immigration s'accélère. Quelle honte !

Pays-Bas : une statue érigée pour célébrer la chute de l'Homme Blanc


La ville d’Utrecht, aux Pays-Bas, célèbre la chute de l'Homme Blanc, le monument actuellement en construction s’appellera « Sic transit gloria mundi », ce qui signifie « Ainsi passe la gloire du monde ». Notez que sur la maquette du projet, la victime à terre est entourée de voilées et d'asiatiques.


Les populations arabo-musulmanes sont d'ores et déjà invitées à fêter l'inauguration du monument à la gloire de la destruction de la Race Blanche.

source : https://www.nu.nl/utrecht/5270876/omstreden-bouwplaats-neude-in-gebruik-genomen.html


Aucun doute possible l'Allemagne national-socialiste a bien perdu la Seconde Guerre mondiale !

RAHOWA!

Une "chirurgienne" fait des singeries pendant une opération, le patient se réveille avec de graves lésions cérébrales

     

Le député LREM Mustapha Laabid a été entendu par la police


LE PARISIEN - L’élu d'Ille-et-Vilaine apparaît dans une enquête pour abus de confiance.

Mustapha Laabid a dû s’expliquer deux fois face aux policiers. Le député LREM (La République en marche) de la 1re circonscription d'Ille-et-Vilaine a été entendu en mars et en mai dans une enquête pour abus de confiance, rapporte ce vendredi le quotidien «Ouest-France».

Le parquet de Rennes a ouvert une enquête en novembre 2017. Elle résulte d’un signalement de Tracfin, la cellule du ministère de l’Economie et des Finances en charge de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Elle s’interroge sur plusieurs mouvements suspects dans une association dirigée par le député de 2006 à 2017. Le montant en cause s’élève à 24 000 €.


mercredi 23 mai 2018

Tests anti-discrimination : comment cela va-t-il se passer dans les entreprises ?

Emmanuel Macron et Yassine Belattar son conseiller sur la banlieue.

EUROPE 1 - Emmanuel Macron a demandé aux 120 plus grandes entreprises françaises de "prendre leur part" dans la lutte contre le chômage dans les banlieues, et annoncé qu'elles seraient soumises à des tests anti-discrimination.

Les grandes entreprises vont être mises à contribution pour améliorer la situation dans les banlieues. Mardi, Emmanuel Macron a annoncé que les 120 premières entreprises françaises cotées en bourse seront toutes soumises à des tests anti-discrimination dans les trois ans.

Un nom à consonance étrangère, une femme… Quarante sociétés vont être ciblées tous les ans. Le principe est d'envoyer deux CV, comparables sur le plan des compétences et du cursus, mais où le nom diffère. Dans un cas, il est de consonance étrangère, dans l'autre, non. Lors du quinquennat précédent, le gouvernement avait aussi lancé un testing à plus petite échelle. Résultat : 12 sociétés sur 40 avaient été épinglées pour discrimination envers des candidatures "maghrébines"... Par ailleurs, l'expérimentation concernera à la fois des postes d'employés et de managers [La discrimination est dite "positive" lorsqu'elle s'exerce au détriment des Blancs].

"Nommer et faire honte". Emmanuel Macron veut ensuite publier les résultats obtenus. Ainsi, les mauvais élèves seront épinglés. Baptisée "Name and shame" (nommer et faire honte, ndlr), cette pratique est très en vogue dans le monde anglo-saxon et entend faire cesser ces pratiques. L'Elysée précise qu'une fois ces résultats publiés, un suivi sera mis en place pour s'assurer que des efforts sont entrepris. Lors du testing effectué sous François Hollande, le gouvernement n'avait pas tout de suite désigné les entreprises prises en faute, afin de leur donner le temps de réajuster leur politique de recrutement. Toutefois, trois mois plus tard, deux entreprises étaient nommées - AccorHotels et Courtepaille - comme n'ayant pas mis en place des politique suffisantes pour lutter contre les discriminations [On interdit aux propriétaires le libre choix de leur locataire. La prochaine étape logique sera la non-discrimination lors du mariage].

La première vague de testing doit démarrer en septembre 2018. Si les grandes entreprises sont les premières ciblées, les administrations seront aussi concernées dans un second temps. Mais les modalités restent à définir.


Plus belle la vie

    

Mariage princier : l’« identité noire » célébrée par les médias


LE MONDE - La chorale gospel, la présence d’Oprah Winfrey, le sermon du révérend Michael Bruce Curry : autant de symboles pour revendiquer la culture afro-américaine de Meghan Markle.

Une cérémonie alliant le faste de la monarchie britannique aux accents de la culture afro-américaine : c’est ainsi que l’on pourrait décrire le mariage du prince Harry et de l’ex-actrice américaine Meghan Markle, qui a eu lieu samedi 19 mai à la chapelle Saint-George du château de Windsor. « Une mini-révolution [à l’initiative de la mariée] », analyse le Daily Mail.

Les origines de Meghan Markle, née d’un père blanc et d’une mère noire, ont marqué cette « cérémonie multiculturelle ». La chroniqueuse du quotidien britannique The Guardian Afua Hirsch parle ainsi d’une célébration de « l’identité noire » (« blackness »). Elle se réjouit de voir que ce mariage a entraîné sur les réseaux sociaux la juxtaposition de deux hashtags, jamais associés jusqu’alors, #mariage royal et #blackexcellence.

Une combinaison qu’elle explique notamment par les invités présents à ce mariage, que ce soient Serena Williams, Idris Elba, Gina Torres ou la célèbre présentatrice américaine Oprah Winfrey. « Les deux femmes [Meghan Markle et Oprah Winfrey] les plus célèbres du monde, ce jour-là, sont d’origine afro-américaine », clame la journaliste.


Le New York Times va même plus loin, en écrivant qu’avec le clergé, les musiciens, et les invités, c’était la première fois qu’il y avait autant de minorités présentes dans la chapelle Saint-George.

Un moment fort a retenu l’attention des médias américains et britanniques : le sermon prononcé par le révérend Michael Curry, premier afro-américain à diriger l’Eglise anglicane aux Etats-Unis, vantant le pouvoir de l’amour, citant Martin Luther King, le défenseur des libertés civiques, et faisant référence à l’esclavage.

Un message « révélateur du rôle que Meghan Markle pourrait jouer dans cette famille », analyse Vox, que ce soit « en tant que femme divorcée, américaine et biraciale »

La chorale de gospel, ainsi que le violoncelliste Sheku Kanneh-Mason, 19 ans et premier musicien noir à remporter le Young Musician Award de la BBC en trente-huit ans d’histoire, « expressément demandé par Meghan Markle », et qui a notamment chanté Après un Rêve de Gabriel Fauré, ont concouru à renforcer l’identité afro-américaine de cette cérémonie, insiste le magazine Essence, publication à destination des femmes afro-américaines. Leur rédaction a également été attachée à d’autres symboles, tel que « le piercing au nez » de la mère de Meghan Markle, Doria Ragland, descendante d’esclaves des plantations de coton en Géorgie du Sud.

« Il est clair que la mariée voulait faire ressortir son identité raciale, mettre son patrimoine à l’honneur devant un vaste auditoire, écrit Sarah Lyall dans le New York Times. Dans une institution si blanche, dans un pays où il y avait de sérieux problèmes raciaux, c’était un geste marquant. Et ce fut un moment extrêmement symbolique sur la scène mondiale, incluant la possibilité de changer la vision du monde sur la famille royale, et peut-être même la vision de la Grande-Bretagne sur elle-même. »


L'Angleterre de Churchill

      

Mais pour l'Ukip, le problème c'est l'immigration polonaise !
L'antiracisme est une maladie mentale !

mardi 22 mai 2018

L'islam ou la Créativité, à vous de choisir !

Ben Klassen, le père fondateur de la Créativité.

Dès que les chrétiens ont été en position de force, (à partir de Constantin Ier) l'Europe a sombré dans la barbarie, l'obscurantisme et le dysgénisme. L'Eglise romaine repère les enfants les plus doués et les enrôle dans une carrière ecclésiastique, les privant ainsi d'une riche descendance. La Race Blanche n'évolue plus durant 1000 ans !

Les païens fidèles à la religion de leurs ancêtres sont massacrés. Les élites d'alors ont été les premières à trahir leur héritage culturel : en adoptant une religion du désert. L'avancée du christianisme s'est faite de haut en bas, les paysans ont été les derniers à trahir la foi de leur père. Les conversions s'effectuent sous la contrainte, Daech utilisent des méthodes identiques aujourd'hui. Les livres sont brulés, les savants sont brulés, les lois de la nature sont niées... L'Homme Blanc est condamné à étouffer sa créativité, nous entrons dans l'âge des ténèbres (de l'an 312 au XVIIIe siècle).

Heureusement la religion du (((galiléen))) cédera face au triomphe de la science, l'Homme Blanc part à la conquête du monde, puis de l'espace. Mais il ne parvient pas à se libérer totalement du christianisme. Les Eglises sont vides, mais la morale judéo-chrétienne est toujours aussi prégnante. L'Homme Blanc se sent coupable de tout, de l'esclavage, de la colonisation, de la décolonisation, du réchauffement climatique, du racisme, de la faim dans le monde, de l'antisémitisme, des guerres tribales, de la shoah... Cette culpabilité qui domine son subconscient a une cause : le péché originel. 

La religion chrétienne condamne l'enfant à naître, il est coupable de la relation charnelle nécessaire à sa conception. Toutes les religions du désert haïssent le sexe, l'islam bâche ses femmes sous un soleil de plomb. Environ 1 million de "sorcières" seront brûlées au cours du Moyen Âge. Plus elles étaient belles, plus leur beauté avait le don d'envouter les hommes, plus elles avaient de chance de finir au bûcher. Ce péché originel domine toujours le monde blanc, les révisionnistes en savent quelque chose.

L'Homme Blanc se sent coupable, il se veut coupable, il refuse qu'on lui apporte la preuve que la shoah (l'extermination des juifs) est un mythe. Pourtant, il suffit d'allumer la chaine de (((Patrick Drahi))) - BFM TV - pour se rendre immédiatement compte qu'ils n'ont pas été exterminés !

La Créativité est une religion raciale fondée en 1973 dont les 3 missions 
sont la survie, l'expansion et l'amélioration de la Race Blanche.

L'Homme Blanc se sent tellement coupable d'exister, qu'il ne cesse de fêter son remplacement: les migrants sont nos sauveurs, ils remplacent la figure du Christ qui nous absout de nos péchés !

L'Eglise ne se relèvera pas, mais son poison fait toujours effet. Si nous nous désenjuivons pas, nous disparaîtrons... si nous n'adoptons pas une doctrine religieuse conforme aux lois de la nature, la dernière religion antinaturelle encore en lice (l'islam) nous écrasera ! 

L'Homme Blanc doit faire usage de toutes les armes dont il dispose : son intelligence et sa créativité. Il ne doit plus brider ses qualités raciales sous le poids d'une morale judéo-chrétienne mortifère. Vatican II a laissé un immense vide, et c'est à nous - Créateurs - de le combler. La science nous apportera la victoire finale. La Race Blanche est la plus haute création de la nature, elle est en droit de conquérir et de dominer cette planète, le seul endroit où nous vivrons jamais.

Ayez-foi en la Race Blanche.

RAHOWA!

Cédric Herrou, passeur de clandestins ovationné à Cannes

                                   

lundi 21 mai 2018

L'inégalité des races est un fait scientifique

      

LE MONDE - Une tribune publiée par le « New York Times » relance une question minée, celle des différences génétiques observées entre groupes humains. Laurent Alexandre met en garde contre les dérives d’une telle discussion.

La part de la génétique dans nos destinées est un sujet douloureux en France. Notre pays est probablement l’un des derniers où une majorité de gens et même d’intellectuels sont persuadés que ­l’intelligence est purement produite par ­l’environnement culturel et familial. Toutes les études montrent pourtant le contraire et relativisent au passage le rôle de l’école.

Des études ont mis en évidence le fait que la réussite et les capacités intellectuelles étaient fortement dépendantes du patrimoine génétique. Partager un environnement commun – famille et éducation – n’explique qu’environ un tiers des différences cognitives. Autrement dit, l’école et la culture familiale ne ­pèsent pas beaucoup face au poids décisif de la génétique, qui compte pour près des deux tiers dans nos différences intellectuelles, si l’on en croit les travaux du Britannique Robert Plomin (King’s College, Londres).


Nier les différences interraciales est ­contre-productif 

Les différences de réussite scolaire ne traduisent pas avant tout la qualité des professeurs ou des écoles. Ce n’est pas un défaut de compétence des professeurs, ou même des problèmes de méthode, qui expliquent les mauvais résultats de l’école. Egaliser les chances à travers l’éducation est une tâche décourageante ; et la gestion politique des différences neurogénétiques interindividuelles est difficile.

Aux Etats-Unis, certains généticiens de haut vol implorent néanmoins l’opinion de rouvrir un autre débat miné : le lien entre ­notre race, notre ADN et nos caractéristiques, sans même s’interdire de traiter des différences cognitives...

source : http://www.lemonde.fr/sciences/article/2018/04/12/la-genetique-sur-le-terrain-mine-des-races_5284322_1650684.html

Il serait temps de créer un QC (quotient de créativité) qui permettrait de mesurer le niveau de créativité des différents groupes raciaux. On dit des Asiatiques qu'ils ont un QI élevé (5 points de QI de plus que les Blancs en moyenne), pourtant toute leur histoire le démontre, ils sont de piètres créateurs. Généralement les Asiatiques se contentent de copier ou de développer ce que les Blancs ont été les premiers à créer.
 

Canada : première conférence universitaire consacrée aux « privilèges des Blancs »


THE STAR - Les Blancs reçoivent-ils des avantages supplémentaires dans les sociétés occidentales simplement en raison de la couleur de leur peau ? Les universitaires qui participent à la première conférence canadienne sur les privilèges des Blancs pèsent sur le sujet et sur la façon dont il façonne notre monde. Denise O’Neil Green, vice-recteur à l’équité et à l’inclusion communautaire de l’Université Ryerson, affirme que le privilège blanc est un système dans lequel nous fonctionnons tous – que nous le sachions ou non.

À Philadelphie, deux hommes noirs sont arrêtés par la police pour s’être simplement assis dans un Starbucks. En Australie, la pop star Halsey va en ligne pour s’exprimer sur le manque de shampooings d’hôtel pour les cheveux ethniques. Sur Twitter, un échange entre deux politiciens canadiens – un blanc et un noir – suscite un débat national sur les questions de race et de privilège.

De telles histoires font de plus en plus de vagues autour du monde et chaque nouvelle manchette semble générer un flot de tweets, de réflexions et de conversations sur la notion de privilège blanc. Après avoir été cantonné aux cercles académiques durant des décennies, le terme « privilège blanc » a trouvé sa place dans le courant dominant au cours des dernières années ; il a également attiré à la fois la répudiation et le soutien.

Pour beaucoup de gens, c’est la première fois qu’ils s’engagent dans l’idée et se posent la question : « Qu’est-ce que le privilège des Blancs ? » Cette semaine, des centaines de personnes se réuniront à l’Université Ryerson pour explorer cette question et d’autres lors de la première conférence sur les privilèges blancs au Canada, un événement qui a lieu chaque année aux États-Unis depuis 1999.

Pour aborder certaines des idées de base concernant le privilège des Blancs, le Star s’est entretenu avec deux universitaires qui assisteront à la conférence : Denise O’Neil Green, vice-présidente de Ryerson pour l’équité et l’inclusion communautaire, et Rinaldo Walcott, directeur du Women and Gender Studies Institute de l’Université de Toronto.

Tous deux ont passé une grande partie de leur carrière à penser aux privilèges des Blancs et à la façon dont ils façonnent notre monde. Voici ce qu’ils avaient à dire :

Commençons par la question de base. Comment définissez-vous le privilège des Blancs ?

Green : En termes très simples, il s’agit d’un avantage non gagné ou d’un « avantage » que l’on reçoit simplement en raison de la couleur de la peau. Une façon de voir les choses à plusieurs niveaux est que le privilège des Blancs fonctionne en fonction d’un système qui profite à des groupes particuliers plutôt qu’à d’autres. C’est une structure de système dans laquelle nous fonctionnons tous – que nous en soyons conscients ou non.

Walcott : Pour moi, ce que le terme « privilège blanc » cherche à faire comprendre aux gens, c’est la façon dont les sociétés, comme celle dans laquelle nous vivons, sont des sociétés blanches par défaut. Partout où nous regardons dans ces sociétés, toutes les façons dont les gens sont accordés, importants, respectés et ainsi de suite s’articulent autour de l’idée que tout ce qui est blanc nord-américain ou blanc européen est la norme absolue à atteindre.

Mais ce que cela signifie, c’est que beaucoup de gens qui ne sont pas blancs ne peuvent jamais, jamais, jamais atteindre cette norme, et beaucoup de gens qui sont simplement nés blancs sont supposés avoir atteint cette norme, même si eux-mêmes ne peuvent pas l’atteindre non plus. C’est donc ce que nous commençons à appeler le « privilège blanc » ; la façon dont nous vivons dans une société où certaines personnes, à cause de l’accident de leur naissance, peuvent entrer dans cette société – ses institutions, le gouvernement, l’éducation, les universités, même les vacances que nous célébrons – et participer à des niveaux et de manières que d’autres personnes sont incapables de le faire.

Pouvez-vous penser à quelques exemples de privilèges blancs en action, à la fois au niveau micro et macro ?

Walcott : Disons qu’un Noir entre dans un grand magasin et qu’il veut acheter un pantalon dans la section des hommes et un t-shirt pour son enfant dans la section des enfants. Ils s’assureront de payer pour ces pantalons dans la section des hommes et d’aller ensuite à la section des enfants. Pendant ce temps, vous voyez beaucoup de Blancs qui ont des piles de vêtements, ils marchent à travers le magasin et toutes sortes de planchers, et ils n’ont pas besoin d’y penser. Si nous payons avant d’aller à un autre étage, c’est parce que nous savons que la possibilité d’être accusé de vol à l’étalage existe pour nous.

C’est un exemple de privilège blanc. Lorsque vous n’avez pas à penser à la façon dont vous vous déplacez dans votre vie quotidienne, à vous inquiéter de savoir si vous allez être arrêté par la sécurité ou la police. Les personnes qui ne sont pas de race blanche, les Noirs et les Autochtones du Canada doivent y penser tout le temps.

Rinaldo Walcott, directeur du Women and Gender Studies Institute de l’Université de Toronto, affirme que le privilège des Blancs ne consiste pas à délimiter un groupe racial particulier.

Green : Au niveau macro, malheureusement, c’est la façon dont des groupes particuliers sont traités par la police par rapport à d’autres. La CBC vient de publier ses propres statistiques (montrant) que dans certaines régions du pays où il y a une forte population d’Autochtones ou de Canadiens noirs, la police a un impact disproportionné et parfois fatal.

Un autre aspect macro est la diversité des conseils d’administration ; ils continuent d’être majoritairement blancs et à prédominance masculine. Un autre exemple est probablement son nom ; si vous avez un nom à consonance raciale ou un nom à consonance moins anglaise, il est moins probable qu’on vous rappelle pour une entrevue d’emploi.

Ce sont donc des exemples de privilèges qui, pour certains, peuvent être très invisibles, mais qui sont très visibles pour beaucoup d’entre nous.

Beaucoup de gens nient l’existence du privilège des Blancs. Comment comprenez-vous ce déni et d’où il vient ?

Walcott : Quand les gens de la classe ouvrière blanche entendent « privilège », ils pensent souvent que vous parlez des avantages matériels individuels que certaines personnes ont. Et oui, bien sûr, il s’agit en partie d’avantages matériels individuels, mais lorsque nous parlons de privilège blanc, ce dont nous parlons vraiment, c’est que la possibilité qu’une personne blanche puisse sortir de la classe ouvrière est beaucoup, beaucoup plus élevée que, disons, une personne noire ou une personne indigène.

Lorsque nous parlons de privilège des Blancs, nous parlons aussi d’un ensemble d’idées où même les travailleurs blancs peuvent comprendre qu’ils sont plus importants ou qu’ils contribuent davantage à la société. Ainsi, le privilège des Blancs ne consiste pas seulement à permettre aux individus d’accumuler des choses pour eux-mêmes, il s’agit aussi d’une façon de comprendre le monde – et cela transcende les classes.

Green : Ce que je trouve très intéressant au sujet du privilège des Blancs, et du privilège en général, c’est qu’on ne sait jamais vraiment ce qui se passe à moins de marcher dans les chaussures d’une autre personne.

Je vais donner un exemple personnel. Mon fils a malheureusement été frappé par un conducteur ivre et, par conséquent, il a fini par avoir besoin d’utiliser un fauteuil roulant. Cette expérience m’a absolument ouvert les yeux sur la façon dont le monde privilégie ceux qui sont pleinement valides : les restaurants, les institutions, les bâtiments qui n’ont pas d’ascenseurs, les bâtiments qui n’ont pas de rampes. C’est quelque chose que les gens peuvent obtenir et comprendre plus facilement parce que c’est quelque chose qu’ils peuvent voir.

Le privilège blanc fonctionne de la même façon. Ce qui s’est passé avec mon fils a eu un effet très profond sur moi, mais cela m’a aussi aidé à mieux comprendre comment les systèmes et les privilèges blancs et autres privilèges ont un impact sur notre vie quotidienne…. et comment le monde nous voit et nous invite à y entrer. Ou ne pas nous inviter à entrer.

Une réaction courante lorsque le privilège blanc d’une personne leur est signalé est la défensive, le sentiment d’avoir été accusé de racisme. Est-ce que le fait de souligner le privilège blanc d’une personne équivaut à souligner son racisme ?

Walcott : Non, ça ne l’est pas. Bien sûr, il arrive parfois que le privilège des Blancs consiste à signaler un ensemble de pratiques ou de comportements racistes, mais le privilège des Blancs ne consiste pas toujours à les traiter de racistes. Ce que vous essayez de montrer, c’est la façon dont cette personne peut faire quelque chose – ou avoir une expérience – à cause de sa blancheur qui n’est pas disponible pour les autres personnes.

Si nous comprenons le privilège des Blancs comme faisant partie intégrante des structures et des institutions de la société, nous ne pouvons pas supposer que tous ceux qui en bénéficient sont réellement engagés dans des pratiques racistes. Les gens se contentent de la façon dont on leur a appris à vivre une vie dans cette société. C’est en partie la raison pour laquelle l’idée du privilège blanc brosse certaines personnes dans le mauvais sens du poil, parce qu’elles ne le font pas complètement….

source : http://https//www.thestar.com/news/canada/2018/05/07/white-privilege-and-an-exploration-of-uncomfortable-truths.html

Le Samu refuse de se déplacer : décès d'une fillette de 3 ans


L'EXPRESS - Lissana, 3 ans, est morte le 30 janvier d'une banale grippe. Sa famille a annoncé qu'elle allait porter plainte pour "comprendre ce qui s'est passé" [...] Le 28 janvier, Lissana est prise d'une forte fièvre. Elle est d'abord examinée par un médecin de l'hôpital d'Aix-les-Bains, en Savoie. Le professionnel lui diagnostique une grippe saisonnière. "Il a dit qu'il ne fallait pas s'inquiéter, que dans trois jours tout irait mieux", raconte au Parisien, Patrick, le grand-père paternel de la petite fille.

Les heures passent, mais l'état de santé de Lissana ne s'améliore pas. Au contraire. Sa fièvre est toujours aussi élevée, 40,8 degrés, elle a de plus en plus de mal à respirer, souffre de vomissements et de diarrhée. Dans la nuit, sa mère décide d'appeler le 15. 

Lissana est dans un état "semi-comateux", mais le Samu refuse de se déplacer. La raison: il n'y a "pas d'urgence". Il conseille plutôt aux parents de "rappeler" le lendemain matin. Finalement, face à la détresse de Lissana, les parents emmènent leur fille à l'hôpital d'Aix-les-Bains, mais les urgentistes ne peuvent plus rien pour elle. Lissana décédera une heure plus tard. 

Aujourd'hui, la famille s'interroge sur le manque de réactivité du Samu qui a refusé de se déplacer. "Je ne sais pas à quoi sert le Samu. S'il ne se déplace pas dans ces cas-là, quand se déplace-t-il?, se demande le grand-père. Une enfant de 3 ans ne peut pas décéder de la grippe en 2018. Il y a eu obligatoirement de la négligence et du laxisme."  


Un mois plus tard c'est une femme enceinte de 6 mois qui perd la vie après un appel au Samu : http://www.leprogres.fr/loire-42/2018/05/16/enceinte-de-six-mois-elle-decede-apres-un-appel-au-samu

La couverture médiatique de ces drames a été plus que limitée, pas de tapage matin, midi et soir durant des semaines; car les victimes n'étaient ni juives, ni africaines, ni maghrébines... mais Blanches !

vendredi 18 mai 2018

mercredi 16 mai 2018

L'alliance impossible


HUFFINGTON POST - [...] C'est en 2011, quand Marine Le Pen prend la tête du Front national, que le parti lepéniste opère un virage pro-israélien. Un changement de ligne qui conduira à l'exclusion la même année de l'un de ses cadres, Yvan Benedetti. Proche de Bruno Gollnisch, il se qualifiait lui-même "d''antisioniste, antisémite, anti-juif'".


Depuis, le Front national a multiplié les initiatives pour se rapprocher d'Israël et, par un mouvement de balancier, se désolidariser de son héritage antisémite. Alors menacée de dissolution en 2014, la Ligue de défense juive avait obtenu le soutien de Marine Le Pen malgré son activisme violent, au motif qu'il existe "un grand nombre de juifs qui se sentent en insécurité".


En janvier 2017, Nicolas Bay, alors secrétaire général du FN, s'était en rendu en Israël pour "nouer ou renforcer des contacts avec un pays ami". Pour la politologue Nonna Mayer, le FN cherche à profiter "de l'inquiétude grandissante d'une partie de la communauté juive face à la montée de l'antisémitisme islamique".

Ce que confirme Marine Le Pen, quand elle explique que le Crif "se trompe d'ennemi depuis des années", estimant que la réelle menace se trouve du côté du "développement du fondamentalisme islamiste". "Quand on voit les modes opératoires du terr.orisme en France, que ce soit l'affaire du camion à Nice ou les couteaux, on s'aperçoit que c'est ce qu'ont vécu les Israéliens depuis longtemps", expliquait mardi Louis Aliot.

source : https://www.huffingtonpost.fr/2018/05/16/pourquoi-la-situation-a-gaza-divise-lextreme-droite_a_23435795/

L'essentiel est ailleurs, nous savons tous que les juifs de France n'accepteront jamais la réémigration des musulmans. Même l'expulsion des fichés S semble impossible, les juifs n'accepteront jamais le retour d'une France blanche, jamais !

S'allier aux Sémites de religion juive, s'est entériner le génocide blanc en cours. Marine le Pen a d'ailleurs dit que le grand remplacement est une "théorie conspirationniste" pour plaire à la communauté juive. Les Blancs ne peuvent compter que sur eux-mêmes, tout est encore possible, mais sans les juifs !

De plus cette alliance serait immorale, cela fait plus de deux mille ans que les juifs cherchent à détruire la Race Blanche par tous les moyens. C'était déjà les juifs qui avaient guidé les Arabes lors de l'invasion de l'Espagne... Les mêmes qui ont ouvert les frontières des Etats-Unis à l'immigration non blanche en 1965. Et ne parlons pas de la France où nous les avons vu durant des décennies soutenir l'immigration et l'antiracisme... Non, vraiment, ceux qui veulent s'allier aux juifs sont pires encore que les juifs !

RAHOWA!

mardi 15 mai 2018

(((Avi Merkado))) : Les juifs ont tenté d'empoisonner 6 000 000 d'Allemands après 1945


MAILONLINE - Le cinéaste (((Avi Merkado))) a retrouvé dix enregistrements enterrés dans un musée israélien. Ils mettent en lumière un complot déjoué des "vengeurs juifs" pour empoisonner l'eau dans l'Allemagne d'après-guerre.

Les enregistrements - qui n'ont jamais été rendus publics - sont au cœur d'un nouveau documentaire intitulé Holocaust : The Revenge Plot, diffusé le 27 janvier.

Enregistré en 1985, quand leur leader, le survivant du ghetto de Vilnius et poète israélien, Abba Kovner, était en train de mourir d'un cancer, ils fournissent le compte rendu le plus détaillé des plans du groupe en 1946.

Les enregistrements décrivent comment les (((vengeurs))), dirigé par Kovner et Pacha Reichmann, ont financé leurs activités avec de faux billets de 5 livres, forgés par les Juifs dans des camps de concentration et échangés sur le marché noir.

Abba Kovner (photographié dans son uniforme des Vengeurs en 1940) 
était le chef du groupe.

Ils prétendent que les présidents israéliens, Chaim Weizmann et Ephraim Katzir, ont aidé les (((vengeurs))) à acquérir le poison dont ils avaient besoin pour leurs intrigues audacieuses.

Les bandes décrivent comment les (((vengeurs))) se sont infiltrés dans les usines hydrauliques de quatre villes allemandes - Hambourg, Nuremberg, Francfort et Munich - mais les plans d'empoisonnement des réserves d'eau ont été déjoués lorsque Kovner a été arrêté en mer.

Les enregistrements parlent de leur deuxième tentative de meurtre de masse consistant à empoisonner le pain de 50 000 SS dans les camps de Prisonniers de guerre de Nuremberg et de Munich. Ce plan a fonctionné, en faisant prés de 2 000 victimes.

source : http://www.dailymail.co.uk/news/article-5291029/Tapes-reveal-Jewish-revenge-plot-kill-six-million.html

Méfies-toi du juif menteur assoiffé de sang. Hier encore le juif éternel a assassiné 52 goyim en Palestine occupée.

La légende des 6 000 000 a commencé au 19ème siècle sous le règne des tsars

   
  Vidéo en anglais.

Le tsar Nicolas II était accusé de vouloir assassiner 6 000 000 de juifs en Russie. 
La "vengeance" des juifs fera des dizaines de millions de victimes parmi les goyim de Race Blanche.


L'Holodomor, la planification de la famine en Ukraine par (((Genrikh Yagoda))) fera  3 900 000 morts. Un génocide systématiquement minoré et oublié parce que les victimes n'étaient pas juives et que les bourreaux l'étaient.